Je veux lui plaire : que faire ?

+160
inscrits satisfaits
Note basée sur les avis reçus.
  

Comment plaire et rendre l'autre amoureux grâce à la Méthode Florence

Plaire en étant moi-même ?

L’arme massive pour rendre quelqu’un amoureux est extrêmement simple… il s’agit d’être authentique, naturel, vrai… sans plus ou moins jouer de rôle.

Ce qui est compliqué ce n’est pas de la mettre en pratique ; mais de laisser de côté tout ce que nos familles, la société, notre méconnaissance de nous-mêmes nous ont dicté (« pour être aimé il faut faire ça », « je suis trop nulle pour plaire, je ne peux pas me montrer tel que je suis sinon ça sera l’échec total »).

Mais maintenant que :

1) vous vous connaissez bien et
2) savez ce qui vous rend unique, spécial et donc exceptionnel à votre façon,

il vous sera plus facile alors... d’être vous-même.

Le problème chez les personnes qui n’arrivent pas à rendre l’autre amoureux provient souvent du fait qu’elles ne parviennent pas à créer d’émotions, elles sont trop dans le contrôle d’elles-mêmes, et perdent en authenticité. Elles attirent, elles plaisent, mais l’interlocuteur ne peut pas être charmé car rien ne se passe au niveau du feeling, et des émotions. 

Comment savoir si je séduis ?

Si vous êtes dans le contrôle, vous ne pouvez pas séduire. Car l’émotion ne passe pas. Si vous libérez ce qui est l’essence de vous, alors, vous ne pouvez que le ou la séduire.

Donc pour savoir : quand quelqu’un qui vous plaît s’approche de vous pour discuter, pensez à votre changement d’attitude quand vous voulez séduire cette personne (je parle plus vite, je penche la tête, je rigole beaucoup, j’ai le regard fixé sur mon verre etc…). Repérez vos gestes, vos attitudes, ce qui change dans votre discours…

Différents indices qui montrent que vous êtes dans le contrôle :

  • Vous présentez une facette de vous qui, vous le savez, fonctionne mais qui n’est pas vraiment « vous ».
  • Vous avez un scénario type de la rencontre.
  • Vous êtes tendus par la peur de l’échec.
  • Vous restez silencieux(se) pour jouer un personnage alors qu’habituellement vous êtes plutôt volubile.
  • Vous ne vous sentez pas à votre place mais essayez de coller à la situation.

« Ne cherchons plus à tout vouloir contrôler tout le temps, c’est notre plus grosse erreur en amour depuis une décennie ou deux. Laissons monter le désir, laissons-nous surprendre. » nous dit Florence Escaravage.

Plus votre image de vous sera positive et forte, plus il vous sera aisé d’être fidèle à vous-même. Alors n’hésitez pas à travailler tout ce qui fait votre spécificité, les qualités comme les zones d’ombres, remémorez-vous ce que vous aimez, ce que vous n’aimez pas, ce qui vous anime et parlez-en avec sincérité.

Pour les timides ou les personnes anxieuses :

La peur et la timidité disparaissent aussitôt que l’on est sûr de sa séduction naturelle, authentique ! Ne laissez pas un trait de caractère définir la complexité de votre personnalité. Les grands dragueurs ne savent en général pas du tout ce qu’ils vont dire, lorsqu’ils s’approchent de leur conquête : parce qu’ils n’ont rien prévu !
Dernier avis :
Hallucinante cette méthode par Véronique
Séduisez celui/celle qui vous plaît grâce aux 5 étapes de la Méthode Florence
Homme Femme
Méthode Florence

Invitée de "Femmes d’exceptions"

“Vous permettez, Florence, d’identifier des solutions concrètes pour avancer en amour.”
Méthode Florence

Interview de Nicolas Poincaré

“Une approche moderne pour prendre sa vie amoureuse en main !”
Méthode Florence

Florence interviewée au Journal de 20h de France 2

le 1er Juillet 2012, sur
son approche sur la pérennité du couple
Méthode Florence

Dossier de 4 pages

“L’amour, le grand apprentissage, avec Florence Escaravage... et ça marche!
« C’est en accompagnant des centaines de personnes fatiguées d’échouer en amour que j’ai remarqué qu’il y avait toujours 5 étapes décisives qui ponctuaient le chemin vers la vie sentimentale qu’ils avaient toujours souhaitée. Je vous guide en 5 étapes vers une métamorphose de votre vie amoureuse.

Êtes-vous prêt(e) à être heureux(se)? »